La Méditerranée

Accueil  »  Mes grands dossiers  »  La Méditerranée
6 Août 2009 1 commentaire ››

 

Au cours des vingt et une années durant lesquelles j’ai exercé mon mandat de Maire de Saint-Tropez, j’ai toujours voulu honorer la riche histoire maritime de notre Cité que Guy de MAUPASSANT qualifiait de « fille de la mer ».

Il m’a toujours paru essentiel que Saint-Tropez doté d’une exceptionnelle notoriété internationale qui en fait un « village-monde », fasse valoir ses racines méditerranéennes et sache prendre toute la place qui doit lui revenir dans l’histoire et le quotidien de sa mer nourricière.

 

Dans les années 1990, sous l’impulsion du Maire de Sidi Bou Saïd, en Tunisie et en compagnie des membres de mon équipe municipale nous avions créé « l’Association des Villages d’exception Méditerranéens – Ave Mediterraneo ».

Nous y avions rejoint les Maires de Saint-Paul-de-Vence, Portofino, Capri et Corfou, dans le but de défendre les valeurs identitaires et patrimoniales de nos communes et les protéger des effets négatifs des sur-fréquentations touristiques estivales.

 

En 2005, dans le cadre des colloques scientifiques de Saint-Tropez, « Les Mystères du XXIème siècle », nous avions programmé les « Rencontres Culturelles Méditerranéennes », en partenariat avec le Cardinal Paul POUPARD, Président du Conseil pontifical pour la culture du Saint-Siège.

 C’est à la suite de cette manifestation publique, qui a connu un franc succès, que fut créée, en 2006 et à la demande d’experts reconnus du monde méditerranéen, l’Association Horizons Méditerranée. Elle se veut apolitique, ouverte à toutes sensibilités et nationalités méditerranéennes mais, aussi, mobilisatrice de contacts et de dialogues entre les deux rives.

Son objectif : « contribuer à l’émergence de conditions susceptibles de favoriser le développement de la sécurité, de la sérénité, du respect mutuel et de la prospérité dans l’espace méditerranéen ».

C’est ainsi que, devenue un lieu d’échanges et de propositions, l’Association organise, chaque année en avril et novembre, des « Rencontres Méditerranéennes » sur des thèmes impliquant cette grande région. Les conclusions de ces débats sont communiquées, sous forme de constats et de préconisations, aux responsables de la cellule « Union pour la Méditerranée » à l’Elysée ainsi qu’aux différents ministères concernés.

 

En 2007, a été lancé le premier « Eté culturel de Saint-Tropez » sur le thème « Femmes de la Méditerranée ». Durant plus de quatre mois, de juin à octobre, ont été exposées, en divers lieux de la ville, de brillantes œuvres contemporaines (sculptures, peintures, arts vivants) d’artistes méditerranéennes et organisées, avec Eve Ruggieri, des soirées de concert à la Citadelle.

Ce rendez-vous culturel de l’été qui aura bénéficié d’une substantielle participation de mécènes et du soutien du Ministère de la Culture, a, lui aussi, connu un très grand succès.

 

Cette même année, c’est avec une particulière satisfaction que j’ai, personnellement, adhéré au projet d’ « Union pour la Méditerranée » de Nicolas SARKOZY.

En effet, enfant de la Méditerranée, toute ma vie aura été pénétrée de l’histoire des grands peuples qui l’on habitée et qui auront forgé notre destinée et notre identité.

Héritiers des patrimoines éternels issus de l’Egypte ancienne, de la Grèce antique, des empires romains et phéniciens mais aussi de la subtile culture arabo-musulmane, nous sommes tous des enfants de la grande bleue, fiers de son  passé mais, aussi, comptables de son devenir.

Pourtant, cette « mer entre les terres » génératrice de tant de civilisations fondatrices, n’aura été, au fil des siècles, que trop rarement paisible, l’entente de ses peuples n’ayant le plus souvent duré que le temps de la domination des uns par les autres.

Aujourd’hui encore, la région est durement touchée par des mésententes ou, plus gravement, par des conflits d’origine purement géopolitiques qui vont jusqu’à affecter l’existence même des Nations et les confessions des peuples qui les incarnent. Il en est ainsi du terrible conflit israélo-palestinien qui engendre, depuis bien trop longtemps, tant de drames et de passions.

A ces foyers de tensions et de guerres est venu se surajouter, du fait des différences de niveaux de vie entre les pays de la rive Nord et de la rive Sud, un profond sentiment d’injustice qui porte en germe ses cortèges de misères, de colères et de migrations.

Au-delà des négociations internationales maintes fois entreprises mais jamais abouties pour résoudre la crise du proche Orient, un espoir naquit lorsqu’en 1995, l’Union européenne, prenant en compte l’impérieuse nécessité de soutenir les pays de la rive Sud, mit en œuvre le processus de Barcelone. Des programmes d’aide au développement furent, dès lors, engagés;  mais il faut bien admettre que, plus de 10 ans après, ce dispositif  n’avait pas profondément modifié les relations ni substantiellement effacées les disparités entre les pays des deux rives.

 

Quelles conclusions devions-nous tirer de cet état de fait ? Pouvait-on espérer que l’Union européenne serait en mesure, dans l’avenir et tout en s’élargissant, de réussir à combler le fossé Nord-Sud ?

Quelle était, en réalité, la politique de la France à l’égard de sa Méditerranée ? A la raison de son intégration à l’Union européenne, la France devait-elle abandonner toutes compétences dans ce domaine? Pouvait-elle se satisfaire de la certaine mais si lente évolution du Processus de Barcelone ?

 

La réponse nous a été apportée, éclatante de vérité et d’espoir, le 7 février 2007 à Toulon par Nicolas SARKOZY, candidat à la présidence de la République, lorsqu’il promit  de s’engager personnellement pour unir les pays riverains dans une recherche commune de paix et de prospérité. Il évoquait, alors, le projet d’ « Union de la Méditerranée ».

Aux paroles qu’il prononça ce soir là : “Il faut dire les choses comme elles sont : en tournant le dos à la Méditerranée, l’Europe et la France ont cru tourner le dos au passé – Elles ont en fait tourné le dos à leur avenir. Car l’avenir de l’Europe est au Sudnous ressentîmes, nous méditerranéens, une vive émotion.

 

Enfin, la  France se tournait résolument vers « sa » Méditerranée.

Enfin, les voies de sa politique à son égard étaient évoquées et même tracées.

 

Depuis, Nicolas SARKOZY a tenu parole. La réunion qu’il a organisée le 13 juillet 2008 à Paris, regroupant les Chefs d’Etat et de Gouvernement des 27 pays de l’Union Européenne ainsi que la quasi-totalité des pays riverains, en témoigne.

Depuis, on ne peut que se réjouir que la  Méditerranée  tienne enfin, en France,  la “une de l’actualité” et qu’elle fasse l’objet d’une politique claire et réaliste.

 

J’ai la conviction que les perspectives de coopération, de co-responsabilité, de codécision ainsi ouvertes par l’« Union pour la Méditerranée » constituent une chance inespérée de conciliation, d’entente et d’apaisement dans la région.

Sans doute, le parcours sera t-il long. Certes, il est déjà semé d’embûches. Mais comment pourrait-il en être autrement alors que personne n’a jamais osé emprunter ce chemin auparavant et qu’il contraint tous ceux  qui suivaient d’autres voies, jusqu’alors convenues, à s’engager dans une trace nouvelle qui engendre forcément, pour l’instant, plus d’interrogations  que de certitudes.

Mais quel bel espoir ! Quel beau chantier ! J’ai la conviction que toutes les difficultés que pourra engendrer ce projet au fil du temps ne devront pas nous détourner de sa pertinence, de sa haute valeur humaine et de son objectif de concourir à réconcilier les peuples…Pour que nos enfants puissent connaître,  demain,  une Méditerranée apaisée.

 

C’est pour toutes ces raisons que je vous appelle à soutenir activement le projet d’« Union pour la Méditerranée » de notre Président de la République.

 

 

 

En décembre 2008, le Conseil culturel de l’UpM a été créé par le Président de la République française et confié à Renaud Muselier.

Fin 2009, Renaud MUSELIER, ancien ministre, Président du Conseil Culturel de l’ « Union pour la Méditerranée », me sollicitait pour intégrer cet organisme.

Il m’a chargé de constituer et de présider un groupe d’experts pour donner du contenu à un des cinq volets du programme du Conseil: « Patrimoine et Tourisme en Méditerranée »

Depuis 2009, nous élaborons et soutenons des projets de valorisation et de promotion culturelle et patrimoniale.

La liste des membres du groupe « Patrimoine-Tourisme » :

  • Mustapha BENCHENANE, Politologue, Professeur des Universités.
  • André BENDANO, Président de la Chambre de Métiers et Artisanat des Bouches-du Rhône
  • Nadia BENJELLOUN, Directrice honoraire internationale du festival des musiques sacrées de Fès
  • Philippe CASTRO, Secrétaire général du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée
  • Victoria-Ann CREMONA, Ambassadeur de Malte à Tunis
  • Jean-Luc DELBLAT, journaliste et écrivain.
  • Noelle DUCK, vice Présidente de la « Fédération du Patrimoine Maritime Méditerranéen »
  • Béatrice de FOUCAULD, Fondatrice, avec Yves COPENS, de l’Association « Vocations Patrimoine »
  • Maria GRAVARI-BARBAS, Directrice de l’Institut de Recherche et d’Enseignement Supérieur du Tourisme
  • Robert LANQUAR, Professeur honoraire de l’Université de Cordoue et président de «Cordoba Horizontes »
  • Gianfranco LAZZARIN, Développeur de projets européens et consultant chez SOGESCA
  • Jean-Luc LORY, Directeur de la Maison des Sciences de l’Homme à Paris.
  • Jean MOUTAPPA, Directeur du département « Spiritualités » des éditions Albin Michel.
  • Hervé PASSAMAR, Directeur de l’Agence pour le développement et de valorisation du Patrimoine
  • Etienne PAUCHANT, Président-Fondateur de l’Association « Mediterranean Travel Association »
  • Gilles PENNEQUIN, Responsable Développement territorial à la Mission « Union pour la Méditerranée »
  • Christos PETREAS, Business and tourism economist – EU Expert
  • Frédéric PIERRET, Directeur exécutif de l’Organisation Mondiale du Tourisme
  • Alain THULEAU, Président-fondateur de ARTEVIA, Conseils
  • Maxime WEIGERT, Doctorant-chercheur à l’Institut de Recherches et d’Enseignement Supérieur du Tourisme

 

Les sept projets que nous avons instruits :

  • « Mémoire des ports de Méditerranée » porté par Noëlle DUCK.

Concours permettant de constituer un réseau international des acteurs de la  sauvegarde du patrimoine maritime méditerranéen.

  • « Esprits de la Méditerranée » porté par Robert LANQUAR.

 Projet intégrant les fêtes populaires, civiles et religieusesdes pays des rives Sud et Nord de la Méditerranée dans des projets économiques touristiques.

  • « Valorisation économique et sociale du patrimoine méditerranéen » porté par Hervé PASSAMAR et Jean-Luc LORY.

Projet de mise en œuvre d’un système d’Observation territoriale du tourisme et du patrimoine afin de promouvoir sur les différents territoires méditerranéens des processus permettant de consolider et d’optimiser les actions de valorisation d’un tourisme durable en s’appuyant sur des données objectives.

Ces trois projets ont obtenu la labellisation du Comité Stratégique du Conseil culturel en décembre 2011.

  • « Histoire des relations entre juifs et musulmans du Coran à nos jours » porté par Jean MOUTTAPA.

Edition d’une encyclopédie de plus de 1400 pages illustrée en couleur rassemblant le savoir historique et anthropologique international sur ce thème dans un esprit de rigueur et de vulgarisation intelligente. Elle sera rédigée par une centaine de contributeurs issus des plus prestigieuses institutions françaises et internationales.

  • « Le Festival de Tanger: un voyage initiatique » porté par Nadia BENJELLOUN.

 Organisation d’un festival culturel à Tanger(Maroc) 

  • « Religions de Méditerranée: pour une convergence des perceptions » porté par Mustapha BENCHENANE.

 Constitution d’un collège d’historiens de toutes confessions religieuses afin de rédiger un ouvrage retraçant « l’histoire commune » de la Méditerranée 

  • « Zones homogènes d’excellence » porté par Etienne PAUCHANT, porté par Etienne PAUCHANT.

Mise en réseau de territoires méditerranéens à vocation ou potentiel touristique de développement durable

  

    

Il m’a, par ailleurs, été demandé d’intervenir sur ces thèmes, les 2 et 3 juin 2010 au Caire, dans le cadre du Forum du Patrimoine sur le thème de la valorisation du patrimoine méditerranéen.

 

 

le site internet du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée:

 http://www.conseilculturel-upm.gouv.fr/

 
 
 

 Plaquette de présentation de l’association ,que je préside, « Horizons Méditerranée »

ainsi que :

 Conclusions des premières Rencontres

Conclusions des deuxièmes Rencontres

Conclusions des troisièmes Rencontres

Conclusions des quatrièmes Rencontres

Compte-rendu des cinquièmes Rencontres


Comments

  1. Anne de Beaumont dit :

    Bravo pour cette initiative généreuse et visionnaire de la Méditerranée, porteuse d’un futur de paix et de prospérité.

    Les graines semées fleuriront un jour sur l’autre rive …