Communiqué de JM Couve au lendemain du 1er tour des législatives

Accueil  »  Actualité  »  Communiqué de JM Couve au lendemain du 1er tour des législatives
12 Juin 2017 Commentaires fermés sur Communiqué de JM Couve au lendemain du 1er tour des législatives

Pour ce 1er tour des législatives, c’est une « nouvelle vague » dite de modernité qui vient d’emporter les projets et les illusions de notre droite républicaine. Restera à voir ce que deviendra cette modernité lorsqu’elle sera confrontée aux événements à venir.

Dans le Var, ce fut un « tsunami ». Six circonscriptions sur 8 ont été frappées d’un violent dégagisme dès le 1er tour. Sur les huit détenues jusqu’alors par des députés LR, seules deux d’entre elles (la 1 avec Geneviève Levy et la 3 avec Jean-Louis Masson) bénéficieront d’une candidature « LR » de 2e tour. A l’un et l’autre, je souhaite vivement la victoire finale.

Dans notre 4e circonscription ne demeureront au 2e tour qu’un seul « parachuté » de la Circonscription d’à côté : le représentant du FN qui sera opposé à la candidate de « La République en marche ». Sans hésiter, j’apporterai à celle-ci mon suffrage car le projet qu’elle porte me parait beaucoup moins éloigné de l’idée que je me fais du devenir de notre pays que celui annoncé par le Front.

 

Je tiens à remercier très amicalement les électrices et les électeurs qui ont fait le choix de voter pour Annick Napoléon, malgré les pressions que beaucoup d’entre eux ont eu à subir.

Je veux, aussi, exprimer, à nouveau, toute mon estime à Annick. J’ai particulièrement apprécié la belle campagne de terrain qu’elle a réalisée avec son suppléant Bernard Mignucci, son mari Jean-Paul et toute son équipe.

Fidèle comme toujours à ses valeurs gaullistes et loyale vis-à-vis des citoyens de notre territoire, elle n’aura pu surmonter les lourds handicaps qui lui auront été opposés par l’établissement politique varois.

 

Quant à celui-ci, il vient, selon moi, de toucher les fruits amers d’attitudes et de comportements politiciens qui ne pouvaient pas prospérer indéfiniment. Diviser pour s’imposer pourrait se concevoir en interne, au sein même d’une formation politique mais ne peut permettre l’adhésion d’une majorité d’électeurs.

 

Au moment où je quitte la vie politique, je forme le vœu que de fructueux enseignements soient tirés de ces événements électoraux par nos responsables et que la France puisse retrouver matière à se redresser et à reprendre la place qui lui revient en Europe et dans le monde.

Jean-Michel Couve